Je m'engage à partir de ce jour à ne pas prendre l'avion.

Urgence d'atterrir

Au regard des nécessaires actions individuelles et collectives pour tenter d'endiguer le changement climatique, l'aviation civile est un enjeu de première importance pour plusieurs raisons : elle est à la fois le mode de transport le plus inégalitaire et le plus émetteur de GES (Gaz à Effet de Serre) par kilomètre parcouru et le moins nécessaire :

  • inégalitaire car moins de 10% de la population mondiale monte dans un avion sur une année (voir ici ou ici). Oui vous avez bien lu, c'est une extrême minorité qui utilise ce mode de transport, et encore une plus petite minorité qui le prend plusieurs fois par an. Sans compter tous les avantages de ce moyen de transport : sur la fiscalité (TVA réduite à 10% sur les vols intérieurs, pas de TVA sur les vols internationaux ou vers l'outre-mer, pas de taxes sur le kérosène - carburant des avions), sur les enjeux climatiques (non application des accords internationaux sur le climat comme pour le transport maritime tel que l'accord de Paris qui vise à contenir le réchauffement à 2°C voire 1,5°c d'ici à 2100).

  • plus gros contributeur en GES par kilomètre parcouru, il représente entre 2% et 5% des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale (2% en ne tenant compte que des émissions de CO2, 5% en tenant compte des oxydes d'azotes émis dans les phases de décollages/atterrissages, de la vapeur d'eau émise à haute altitude, etc..., voir ici, ici et ici). Ces émissions sont en croissance rapide et constante avec l'évolution du trafic aérien.

  • le moins nécessaire : l'exemple de la pandémie du coronavirus a permis de montrer dans les faits qu'on pouvait garder plus de 90% des avions au sol (les derniers volants servant à du rapatriement sanitaire, du déplacement de malade, du ravitaillement). Relevons la tête, regardons les décennies qui arrivent et le changement climatique qui va s'imposer avec ses conséquences (incendies, sécheresses, canicules, etc.). Que voulons-nous ?

Pas de sursaut technologique à attendre - chaque réduction de la consommation des avions n'a fait qu'augmenter le nombre de kms/passagers en baissant les coûts - un bel exemple du paradoxe de Jevons ou effet rebond en action. Pas d'espoir non plus du côté des carburants dits "verts", ni des mesures de compensation. Il faut se rendre à l'évidence et faire face à la réalité : l'aviation écologique pour tous n'existe pas !

Pour continuer de vous informer, nous tenons une veille sur l'aviation, n'hésitez pas à la lire et la partager à ceux qui se posent des questions. Sous un angle plus d'actualité, celle gérée par Rester sur Terre, Aviation et Climat mérite le détour.

Devant la sobriété drastique qui s'impose pour endiguer le changement climatique, l'équité est plus que nécessaire pour que chacun consente à faire sa part et réduise ses émissions (quand les plus défavorisés de notre monde pourront, eux, augmenter leurs émissions pour gagner un peu de confort).
Essayer de limiter la mobilité en voiture - autre grand sujet quant aux émissions de GES - alors que des avions vont continuer à transporter une minorité et à ne pas être concernés par les engagements climatiques, est intenable.

Si vous n'êtes toujours par convaincu·e, 2 tonnes de CO2 - quota annuel maximal par humain pour espérer limiter le réchauffement climatique, voir p. 43 de la SNBC - est consommé par un seul aller-retour Paris-New-York (et plus nous attendons pour agir, plus ce quota sera réduit) ; simulez votre trajet pour vous en rendre compte. On voit bien que l'avion ne peut raisonnablement pas faire partie de notre mode de vie.

La fin de l'avion ne signe en rien la fin du voyage, des périples au long court, des rêves d'évasion, des rencontres entre peuples, des échanges lointains... Pensez-y, les territoires de cette planète ont tous été découverts sans avion. Il nous faut donc ré-inventer l'imaginaire du voyage, du déplacement et se réapproprier le temps et l'espace nécessaire à notre mobilité. A ce sujet, découvrez nos pages dédiées aux vacances sans avion !

Ils se sont déjà engagés à agir pour une réduction de l'aviation civile :

Si vous souhaitez témoigner de votre engagement, n'hésitez pas à nous contacter.

Je m'engage à ne plus prendre l'avion, ce moyen de transport incompatible avec l'enjeu climatique et avec la préservation de la vie sur Terre.

Si vous pensez que cet objectif est difficile, voire impossible, imaginez que 90% de la population mondiale n'a pas ce problème (car ne pouvant pas prendre l'avion) !

Faisons évoluer la norme sociale au plus vite en laissant les avions au sol.

Vous pouvez aussi vous engager sur le niveau 2 de Résistance Climatique ICI !

 

3 .068

sur un objectif de 5 .000 signature

J'entre en Résistance Climatique, je signe l'Appel


Derniers témoignages de signataires

Serge Chaumier - 2020-03-26 13:05:29 +0100

En tous les cas je m’engage à ne pas le prendre pour mes loisirs et vacances et à tenter au maximum de l’éviter pour mes déplacements professionnels.

patrick gueniffey - 2020-03-26 12:50:28 +0100

La trouille m’empêchait déjà de prendre l’avion! J’ajoute à cette cause irrationnelle une cause raisonnée; la pollution.

Stéphane Chadourne - 2020-03-26 12:08:39 +0100

Comme une évidence

Gino Aufiero - 2020-03-26 11:31:18 +0100

Je m’engage à ne pas prendre l’avion prochainement, surtout pour des petits trajets. Je ne l’ai pas pris énormément dans ma vie, sauf lorsque je vivais entre le Maroc et la Belgique il y a quelques années. Après un inventaire, je dirais une trentaine de vols “courts” (1 à 3 heures) et 8 vols “moyens” (4 à 6 heures). Je ne sais pas ce que ça représente par rapport à la moyenne… (des 10 % qui ont déjà pris l’avion évidemment^^) J’ai fait un calcul de distance à la grosse louche, ça ferai 120 000 km en avion (2000 km par vol court et 6000 km par vol moyen) et 150 000 km en auto entre mes 12 et 35 ans donc sur une vingtaine d’années! (pour les personnes qui aiment les chiffres…!) Je n’ai actuellement aucun vol prévu à court et moyen terme, j’évite ça de manière volontaire. Par contre, j’imagine prendre l’avion tous les 4-5 ans pour un grand voyage… A voir;-)

pierre jean-jacques - 2020-03-26 11:29:44 +0100

je suis pour le principe des pollueurs payeurs