Les objectifs de Résistance Climatique ne sont-ils pas inatteignables pour beaucoup de Français-e-s, notamment ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent ?

Réponse

Les objectifs de RC sont ambitieux, oui, mais malheureusement nous les avons fixés d'après une analyse rigoureuse des enjeux actuels, en nous appuyant sur des sources scientifiques fiables. C’est la situation dramatique que nous cherchons à prévenir qui dicte les objectifs de Résistance Climatique.

Nous n’avons pas le choix que d’appliquer une réduction drastique de nos gaz à effet de serre si nous voulons permettre la vie dans les prochaines décennies. Pour nous, c’est la seule action morale possible.

Qui doit commencer ? A notre avis, tous ceux dont l’empreinte carbone est supérieure à 2 TCO2 par an. En d'autres termes, à nos yeux, ceux pour qui c’est le moins pardonnable de ne pas commencer, ce sont les catégories les plus aisées de la population. En France, selon l’économiste Lucas Chancel, les émissions des 10% les plus modestes sont d’environ 4 tonnes CO2e par an, contre 31 tonnes pour les plus aisés. Soit près de huit fois moins. A noter que cet écart entre les 10% les plus modestes et les 10% les plus riches dans les émissions de CO2e est de 24 aux Etats-Unis (3,6 tonnes vs 84,5 tonnes), de 46 au Brésil (0,5 tonne vs 23), et de 22 au Rwanda (0,1 tonne vs 2,2 tonnes).

Il est vrai que certains objectifs de Résistance Climatique sont peut-être plus difficiles à atteindre pour les personnes qui ont peu de moyens financiers : par exemple, s'il faut changer de travail pour se rapprocher de son lieu de domicile.

Pour la plupart des actions cependant, les actions Résistance Climatique mènent à des économies ou à un budget stable : il est par exemple possible de manger 100 % bio, et majoritairement local et de saison sans augmenter son budget nourriture, voire en le diminuant. Il s’agit de revisiter son alimentation (moins de produits transformés et emballés, moins de viande).

En réalité, le facteur discriminant est bien souvent le temps et l’énergie qu’on souhaite accorder à ce combat (car il s’agit bien d’un combat, ne serait-ce que contre tout ce qui en nous nous pousse à consommer : la facilité, le confort, la norme sociale, la peur de changer ses habitudes, la paresse, notre cerveau reptilien/striatum, etc). Et ici, les inégalités sociales défavorisent les personnes qui sont dans la précarité, qui ont des métiers difficiles, mal payés, des logements loin de leur lieu de travail, etc.

Nous connaissons des personnes qui ont de très faibles revenus et à qui Résistance Climatique n'a rien à apprendre en terme de sobriété heureuse !

Aussi, et c’est le plus important, notre combat pour une justice climatique est un combat pour la justice mondiale. 10 % des plus riches de la planète la polluent, et la plupart des occidentaux font partie de ces 10 % les plus riches (en France, c'est le cas quand on gagne un SMIC et plus).

S'il vous plait, vérifiez vos mails pour activer votre compte en cliquant sur le lien reçu.